Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'ai mis un chameau dans ma valise.

J'ai mis un chameau dans ma valise.

ATTENTION :Texte protégé et déposé.

J’ai mis un chameau dans ma valise.

J’ai mis un chameau dans ma valise.

Si, Si !!! Vous ne me croyez pas ?

J’ai mis un chameau dans ma valise, non pas pour faire joli, mais pour voyager dans tous les pays à ma guise.

Il s’appelle SHAKRI. Eh oui !

Hier, j’étais en Italie. Hop ! Il est sorti, pas besoin d’un taxi ! J’ai vu Pise et Pompéi sur son dos bien arrondi. J’ai pu visiter sans être embêté. Un avantage aussi, pas besoin d’eau, il peut rester ainsi, jour et nuit. Une fois mon excursion finie, je l’ai remis dans ma valise, après lui avoir fait une énorme bise.

Nous sommes partis pour l’Angleterre, c’était un peu galère, ici on ne circule pas comme le reste de la terre. On a pu voir des châteaux de pierres, mais pas les fantômes qui errent... Bouh ! J’en ai les poils qui dressent sur la crinière.

Puis, on est allé sur mer. Dans un superbe paquebot, nous avons vogué sur les flots, je me suis pris pour un matelot « Ho Hé ! HO HÉ ! matelot !!! » J’ai péché un maquereau, vue une baleine et un cachalot. Je n’ai pas réussi à caresser son dos. Mon chameau ? Lui n’aime pas l’eau, il est resté au fond de ma valise, dans la cale du bateau, passant du jaune au vert-d’eau, essayant de ne pas rendre tous ses boyaux.

Arrivés en Afrique, c’était un peu désertique, sur mon chameau j’ai pu me confondre avec une population authentique. J’ai suivi une caravane « d’hommes bleus » chantant des cantiques, c’était magique !

J’ai vu les pyramides, le mont Kilimandjaro et bien d’autres sites magnifiques. Là, mon chameau a attrapé une peur panique, un serpent diabolique, couvert de couleurs féeriques s’est approché : « Attention !!! Il pique ! ». On s’est sauvé plus vite que la musique.

On est arrivé en Chine. Ici c’est un peu l’usine. Ils ont inventé quatre produits qui dominent : la boussole, l’imprimerie, le papier et la poudre à canon, mais aussi les pâtes leur plat d’origine. Là, il y a du monde qui trottine, qui lambine, et même le sport est une discipline. Aussi, on est parti pour voir la grand muraille de Chine, de là on culmine, on voit toute la Chine et même au-delà, tellement on domine.

Enfin, j’ai vu l’Australie, là mon chameau m’a maudit ! Une chose étrange bondit et rebondit tout le temps. Avec dans son ventre, son petit, c’est pire qu’un caddy, on peu y mettre des tas de choses, même si ça à l’air petit. Puis en continuant notre circuit, j’ai eu la peur de ma vie et mon chameau aussi, on a rencontré un diable de Tasmanie, heureusement SHAKHRI coure plus vite que lui, on s’est donc enfuis.

Fatigués, de toutes ces péripéties, nous sommes rentrés au pays. La France c’est le Paradis, pas besoin de voir du pays. Ici, il y a du soleil, de la neige, du vent et de la pluie. Il y a des montagnes, des campagnes, des forêts et la mer aussi. Les gens sont tous très gentils avec mon chameau, SHAKHRI est ravi.

Val / Mars 2011

Oeuvre de Huma Mulji :exposition "les routes de la soie 2010/2011"